WordPress.org

Profiles

clementime

  • Member Since: April 26th, 2017
  • New Jersey
  • @clementime on WordPress.org
  • Find me on:

Bio/Description

La pensée philosophique et politique
En 1316, envoi à Cangrande I canto de Paradis, Dante est indiqué dans la “morale” de l’ethica sive negotium “genre” philosophie qui a été attribué la comédie : sur l’égalité de métro sont à relier les autres travaux de sujet cognitif et politique, c.-à-d. l’Convivio, la monarchie, les Épîtres politiques. La moralité que vous pouvez chercher son propre être de la part de l’individu et du groupe social se développe, dans la pensée de la poète florentin, comme philosophie de la pratique et de l’histoire : de la nécessité d’autonomie et de la ville par les conflits, Dante arrive dans un concept unitaire et de l’histoire et la politique mondiale. La base spéculative la position dantesca est éclectique, mais identifiable dans ses composantes fondamentales : la pensée d’Aristote (par l’intermédiaire d’Albert le Grand et Saint Thomas) ; l’héritage classique et postclassica, filtrée à travers l’exégèse médiévale (première Virgilio, Cicéron, Sénèque, Martinisme) ; la tradition biblique et les différents courants de pensée religieuse chrétienne ; connaissance neoplatonismo partielle ; enfin, l’influence de la culture contemporaine française centres. Dante accepte la structure hiérarchique et l’finalistica de la société humaine de la pensée aristotélicienne thomiste, mais il les développe et applique de façon indépendante la théorie de deux fins, naturels et surnaturels, de l’homme, de venir à une évaluation indépendante de l’éthique et la métaphysique, conçue comme providentiellement ordonné à deux fins de manière autonome. Cette position est clarifiée dans le Convivio (1304-07, la prose ; environ une décennie avant l’lyrics a commenté), opère dans le vernaculaire de contenu encyclopédique-didactique, conçu en 15 traités (mais s’est arrêté à la IV) et contenant en premier, Prologue, l’éloge de la langue de tous les exposés. En illustrant la lettre II et l’allégorie de la chanson que vous ch le sens, Dante identifie le “donna gentile” vers avec la philosophie, “belle et onestissima Imperadore fille de lo de l’univers” (c.-à-d. de Dieu) et une source d’amour spirituel ; sur la même piste déplace le III Traité, commentaire sur l’Amor que dans l’esprit, que la philosophie chante les louanges dans stilnovistica clé. Enfin, abandonné le vêtement allégorique avec le troisième morceau (Les douces comptines), le poète peut être déformé en IV traité un commentaire exclusivement et ouvertement didactiques, ce qui lui permet d’introduire le thème : politique contre la définition de la noblesse héréditaire et date par Federico II, il n’est pas seulement le concept stilnovistico de noblesse liée à la “vertus” personne mais elle affirme l’autonomie de l’autorités philosophiques (en particulier d’Aristote) en face de l’imperial, et le domaine de la dernière sur la terre entière, giustificandone l’universalité providentielle et l’Empire romain. C’est le thème de la monarchie, de l’opéra en 3 livres, qui résume de manière organique de la pensée politique de Dante et il expose les points de vue analytique. Particulièrement important est le livre III, où l’auteur prend vie dans la polémique contre l’decretalisti contemporain, les partisans de la suprématie du pape à l’égard du pouvoir politique (ierocrazia) : il réfute la prétendue dépendance de l’empereur par le Pape et déclare illégale la donation de Constantin, réaffirmant l’indépendance des deux pouvoirs et leur autonomie et d’origine divine. Le contenu de la monarchie, son amplitude théorique, méthodologique, la netteté de ses tons bibliques et inspirés et retour d’un côté à l’épîtres politiques, d’autre part à la comédie. L’une de refléter les premiers temps de l’exil (épître I, au nom de la partie blanche, pour tentative de pacification par le Cardinal Nicolò da Prato), après l’espoir lié à l’élection impériale d’Henri VII (Épîtres V, VI, VII, 1310-11, aux seigneurs de l’Italie, de méchants Fiorentini, Enrico, pour entretenir et maintenir sa descente en Italie), l’ultime espoir de repentance de l’Église et de ses ministres (Épître XI, 1314, à l’Cardinaux italiens) dans un crescendo continu provenant des intérêts des citoyens à l’engagement oecuménique, politique et spirituel ; la comédie, plaçant l’accent de la voie – non seulement dans ce qu’on appelle chanter “politique” – la ville, sur les royaumes, sur l’empire, appelle l’ensemble de l’humanité dans les chapitres, en peuples et en Les individus et la reconnaissance de ses tâches et pour respecter leurs limites, tandis que l’affirme avec force l’indépendance mutuelle des sphères d’action les religieux et politique, sociale et métaphysique.

De la comédie au travaux Latin mineurs
L’interruption de l’Convivio correspond probablement au début de la Divine Comédie, dont les deux premiers chants ont été réalisées dans le 1316 ; le paradis sera publié par le fils de Dante, Peter et Jacopo, en 1322. Le poème est très vaste : 14,233 dans hendecasyllables troisième rima, organisés en 100 chansons : l’un du prologue à l’ensemble de l’œuvre et 33 pour chacune des trois cantiques (Enfer, Purgatoire, paradis). Dante était intitulé son poème la Divine Comédie, en conformité avec les définitions de la ville médiévale de lexiques et par rapport à la tripartition des styles qui avait fixé par la règle de vulgari eloquentia. L’attribut “divine”, déjà utilisé par Boccace dans son court traité, a comparu pour la première fois dans le frontispice d’une édition de l’Giolito en 1555. La comédie est la somme et la conclusion de l’expérience littéraire, civile, spirituel de Dante. Rester un témoignage supplémentaire de l’Amérique latine les Épîtres, dictées (comme les parties les plus hautes et de l’exposition pas dans le De vulgari et de la monarchie) selon les règles de l’éclair, ou prosastico, rythme de l’époque médiévale. Nous avons déjà mentionné les lettres politiques ; voici l’autre, dans l’ordre : Épîtres II, pour les petits-enfants d’Alessandro Da Romena, pour la mort de lui ; III, IV, accompagnant les paroles (de Cino da Pistoia et Moroello Malaspina) ; VIII, IX, X, au nom de la Gherardesca de Battifolle à Empress Margherita ; XII à l’ami florentin, de rejeter une réadmission déshonorant à Florence ; XIII (1316), du contenu littéraire, à consacrer à Cangrande della Scala Paradise, accompagnant l’envoi de la main avec les indications des chanoines actes exégétiques de clarifier la structure et le sens du poème. Appartenir à un preumanistica la correspondance en latin, la proposition de la Bolognese Giovanni del Virgilio, les deux Eclogues répondre à Dante (1320-21) : de loin supérieurs à ceux de l’auteur pour la structure de l’esametro et tonalité virgiliano, illustrent le léger ralentissement de la vie du poète entre les amis de Ravenne, le rêve du couronnement poétique et le respect du mérite à Florence avec l’achèvement du poème. Ces dernières années (1320) est la questio de aqua et Terra, rapport scientifique tenue à Vérone sur le rapport de la hauteur entre l’eau et l’apparition de la terre. L’authenticité du traité, connue seulement par la première impression (1508), est confirmé par la connaissance qu’il montre Pietro di Dante nell’inedita troisième édition de ses observations à la comédie.

La chance et la critique : à partir du 14e siècle jusqu’à la dix-huitième siècle
La chance de Dante dans la culture italienne et de la communauté à partir du 14e siècle jusqu’à la dix-huitième siècle est étroitement liée à l’important travail ; seulement dans les siècles, l’intérêt des lecteurs et des éditeurs s’est tourné vers les œuvres mineures, dont l’école “historique” dans le dix-neuvième siècle et la critique du xxe siècle ont, à juste titre, réévalué et reproposed dans leur autonomie artistique et, ensemble, dans le sens de moments nécessaires et plus tard de l’expérience littéraire et spirituelle de Dante. L’identification des faits et des personnages historiques et de la relation entre la réalité et la fiction qu’ils sont établis dans le poème est une condition indispensable à la lecture de la comédie et la compréhension non seulement de l’engagement poétique, moral, politique que l’âme, mais aussi des formes – exemplarité, l’allégorie, la langue – dans lequel il traduit : cette enquête préliminaire se déplace entre le 1322 et le 1358, les premiers commentateurs (Jacopo Alighieri, Graziolo Bambaglioli, Jacopo della Lana, l’excellent, Pietro Alighieri, Guido da Pisa et d’autres anonymes), qui souvent cependant dépasser dans le allegorizzazione par inadvertance, qui tend à détruire l’unité conceptuelle de l’opéra et de négliger et progressivement déforme la pensée dantesque, liée à la philosophie scolastique et à Logement le plus profond de la culture médiévale. Les commentaires ultérieurs de Boccace, Benvenuto da Imola, Francesco da Buti témoignent à la fois l’étendue de ce processus est que l’émergence du culte de Dante qui avait augmenté, aussi du point de vue de la diffusion de textes, précisément par l’activité de l’éditeur “Certaldese de Dante” (nous avons l’autographe sillogi comprenant la vie de Dante et de la Divine Comédie, la Vita nuova, 15 grandes chansons). Sur la doctrine théologique profonde et allégorique et moral et sur la perfection de la rhétorique du poème est mettre l’accent critique du quinzième et seizième siècle CRISTOFORO LANDINO (observations, Alessandro Vellutello, Bernardo Daniello ; études et commentaires de Benedetto Varchi, Giovan Battista Gelli et, surtout, de Vincenzio Borghini, également ouvert au problème général de la pensée et des questions textuelles). Au xvie siècle, d’autres, l’attention aux faits de la style et la question de la langue stimule l’intérêt pour le De vulgari eloquentia, placé au centre de ces discussions sur l’Italien vernaculaire florentin (ca. 1514) à partir de laquelle seront nés les nombreux et connus “Dialogues” (littéraire del Machiavelli, marteaux, les Tolomei de Trissino, qui en 1529 se traduira le traité par Dante). D’autre part, non seulement des raisons culturelles préside, entre les xve et xvie siècles, à la première édition de l’ouvrage secondaire : pensez à l’édition princeps de la monarchie (1559) dans des riformistica polémique. Bien que le dix-septième siècle, en général, refuse l’attention de Dante, profondément innovateur dans le jugement sur le poète et sur le travail est, au xviiie siècle, Giovan Battista Vico (nouvelle Science, 1725, lettre à Gherardo du Angioli et jugement… au-dessus de Dante…, 1729) que, en établissant le rapport de la poésie-âge-irrationnelle barbara et héroïques et de reconnaître dans l’œuvre d’art autonome un moment créatif, fournit les idées fondamentales de la critique romantique. Toujours dans le dix-huitième siècle, même les études érudites donner leurs fruits avec le plan d’une nouvelle édition de la Divine Comédie de Giovan Jacopo Dionisi, qui présente de nouveaux paramètres critiques et méthodologiques en relation avec le texte du poème et d’autres œuvres de Dante. Ce siècle est la première édition complète de toutes les œuvres de Dante Alighieri (1757-58).

Les xixe et xxe siècle
Avec le xixe siècle Dante devient bannière pour les idéaux patriotiques, au-delà de ce sujet cher à la études romantiques. Ugo Foscolo (Discours sur le texte… de la Comédie de Dante, 1825 ; La Divine Comédie de Dante Alighieri illustré par Ugo Foscolo, 1827), en tenant compte de la passe de l’interprétation vichiana, ouvre le siècle avec une voix originale, rappelant l’analyse historique et textuelle (critère philologique), dans l’exercice de l’argumentation rigoureuse et capacité de synthèse (critère historique, philosophique), et enfin en plaçant le poète au-dessus du créateur d’allégories. Giuseppe Mazzini (préface à la Divine Comédie de Dante Alighieri illustré par Ugo Foscolo, 1842 ; écrits littéraires d’un italien vivant, 1847) suit la trace foscoliana, mettant en évidence la figure humaine du poète et sa mission au sein de la nation et de l’histoire. Tout en donnant la préférence à l’enquête et psicologistica rapport pour le poète-environnement, ne s’écarte pas beaucoup de ce diagramme Niccolò Costantinopoli dans son commentaire sur le poème, tandis que la vision romantique de la vie et de l’histoire reconnecte les reborn intérêt pour la biographie de Dante, assisté par le Veltro Dante allégorique C. Troya et de la vie de C. Balbo. Dans la première moitié du siècle, avec le renouveau de la question linguistique, ravive l’enquête sur les théories de l’De vulgari eloquentia (G. Perticari, du patriotisme de Dante) et passe à l’étude de la langue et d’interprétation lexicale et de la comédie (V. Les montagnes dans la proposition ; les commentaires de G. Biagioli, P. Costa, B. Bianchi ; éditions ultérieures et des illustrations de toutes les œuvres de P. Fraticelli et G. B. Giuliani). L’exposant de maximum romantique critique dantesca est Francesco De Sanctis, dont les pages vit toujours et les leçons difficiles et des essais sur Dante (1842-73) et de l’histoire de la littérature italienne (1870-1871) sont également essentiels pour l’interprétation moderne : le coeur du poème se trouve dans la raison universelle et de l’intérieur (Dante comme la voix de la société humaine) et dans le domaine de l’éthique-politique ; le critère de lecture est l’émotion, la consonance entre le lecteur et le pathétique, sans texte poeticità ; superpositions culturelles dell’Opera est à l’élément humain, cette plus dans l’enfer que dans d’autres chants (ici la tendance à isoler les épisodes et les figures plutôt que de détecter l’unité de l’invention dantesca). Les trente dernières années du xixe siècle, avec l’enquête positiviste sur les manuscrits de la comédie et de la travaux mineurs, avec des études sur des documents historiques, linguistiques et sur les œuvres de Dante et contemporain, ouvre la voie à des recherches de façon moderne critique de compréhension. G. Carducci, A. D’Ancona, I. Le long, P. Rajna, F. D’Ovidio, F. Torraca, M., E. G. Parodi Barbi appartiennent à cette école “historique” qui, avec l’expérience crociana va marquer lui-même le dantismo du siècle suivant. Giosuè Carducci, en particulier, va d’abord à la rimes négligées (Rime de Dante, dans la région de Dante et son siècle, 1865), puis à l’ensemble des travaux (de plus ou moins de succès de Dante, Dante et l’âge qui était le sien, 1866-1867, l’œuvre de Dante, 1888), en donnant pour la première fois un cadre de l’auteur dans cette critique et dans les costumes du xive siècle, indiquant les relations avec l’âge suivant, prouver et ensemble historique valable interprète sensible. D’autre part d’autres spécialistes, a également fait usage de la contribution des étrangers critique Dante (se souvenir du nom de C. Witte, E. Moore, P. Toynbee), lancer les recherches philologiques et documentaire systématique qui conduira à l’édition critique du De vulgari eloquentia (1896, édité par P. Rajna) et de la vie nouvelle (1907, 1932², édité par M. Barbi), ainsi qu’à une édition de toutes les œuvres organisée par la Società Dantesca Italiana (1921). Contrairement à l’actuelle-positivistes historique, Giovanni Pascoli traite une interprétation totalement subjective de la Comédie de Dante : et déplacé de sa vocation à la vision mystique et symbolique des faits, à la représentation de la “inconnaissable” qui anime le monde, et qu’il sombre avec Minerva (1898), sous le voile (1900), la merveilleuse vision (1902) propose une exégèse unique en soi, mais fondée sur des bases hétérogènes, et destinée à demeurer en grande partie isolés. Le travail de Benedetto Croce, marques, au lieu d’un point d’arrivée et de départ pour la critique moderne de Dante. A se déplace pas tant de l’hypothèse d’desanctisiano relation affective entre le lecteur et le texte, parce qu’à partir d’une catégorie théorique précis (l’art comme expression lyrique et insight), il assume en tant que critère d’évaluation le travail d’art impression esthétique et la distinction entre “poésie méthodique” et “non” de la poésie. Donc dans la comédie “structure” est en face de la “poésie”, le “roman théologique” à “lyric” : le fruit de la raison et donc pas poétique, la première ; d’insight, lyrique et poétique donc toutes les secondes. L’essai la poésie de Dante (1921) et l’ensemble de la réflexion sur l’art crociana ont représenté un arrêt obligatoire pour le critique du vingtième siècle, touchant (depuis l’acceptation ou le rejet du polemically) sur les différents courants du domaine littéraire – et donc aussi de l’dantismo – de notre siècle. Entre les chercheurs de l’ascendance est crociana Attilio Momigliano (commentaire à la Divine Comédie, 1945-1947), dont l’essai sur le paysage dans la Divine Comédie (1932) propose comme critère d’unité de la raison pour le paysage, analysées de façon significative ; avec lui nous nous souvenons aussi de F. Maggini, Luigi Russo et Carlo Grabher. Storicizzante postcrociana au sein de la tendance, qui vise à combler le fossé entre “poésie” et “poésie” et non d’examiner le travail de l’art comme un devenir plutôt qu’un fait, on rencontre le travail de Natalino Sapegno (commentaire à la Divine Comédie, 1957 ; Dante Alighieri, dans “Histoire de la littérature italienne”, Volume II, 1965), qui vise à donner une interprétation unique de l’auteur et ses oeuvres, la fusion des composantes linguistiques, poétique, historique et culturelle ; et de nouveau John Jet, qu’avec le concept de “Poésie de l’intelligence” a une réévaluation de la cieux dantesques (Aspects de la poésie de Dante, 1966²). La culture littéraire contemporain, qui emprunte à la rigueur scientifique de la démarche et de la spécialisation des objets, est encore à Dante un champ de recherche fructueux, en particulier pour ce qui est l’identification des sources pour l’étude des textes pour l’interprétation correcte de la monde dantesque et ses formes, tant à l’égard de la pensée philosophique et religieuse (B. Nardi et G. Goldenice) et politiques (F. Ercole, A. Solmi, toujours Nardi), tant en ce qui concerne la langue et le style (A. Schiaffini, B. Terracini, C. Segre, M. Fubini) et de recherche (G. philologique Contini, F. Mazzoni, G. Petrocchi, A. Pagliaro). Dans cette tendance et dans le contexte d’une tradition de plusieurs siècles, même les cultures étrangères fournir un logement d’exégèse particulièrement intéressants, tels que l’interprétation “graphique” Erich Auerbach, que S. Ch.-théologique symbolique le singleton, la composition linguistique de L. Spitzer.

La pensée philosophique et politique
En 1316, envoi à Cangrande I canto de Paradis, Dante est indiqué dans la “morale” de l’ethica sive negotium “genre” philosophie qui a été attribué la comédie : sur l’égalité de métro sont à relier les autres travaux de sujet cognitif et politique, c.-à-d. l’Convivio, la monarchie, les Épîtres politiques. La moralité que vous pouvez chercher son propre être de la part de l’individu et du groupe social se développe, dans la pensée de la poète florentin, comme philosophie de la pratique et de l’histoire : de la nécessité d’autonomie et de la ville par les conflits, Dante arrive dans un concept unitaire et de l’histoire et la politique mondiale. La base spéculative la position dantesca est éclectique, mais identifiable dans ses composantes fondamentales : la pensée d’Aristote (par l’intermédiaire d’Albert le Grand et Saint Thomas) ; l’héritage classique et postclassica, filtrée à travers l’exégèse médiévale (première Virgilio, Cicéron, Sénèque, Martinisme) ; la tradition biblique et les différents courants de pensée religieuse chrétienne ; connaissance neoplatonismo partielle ; enfin, l’influence de la culture contemporaine française centres. Dante accepte la structure hiérarchique et l’finalistica de la société humaine de la pensée aristotélicienne thomiste, mais il les développe et applique de façon indépendante la théorie de deux fins, naturels et surnaturels, de l’homme, de venir à une évaluation indépendante de l’éthique et la métaphysique, conçue comme providentiellement ordonné à deux fins de manière autonome. Cette position est clarifiée dans le Convivio (1304-07, la prose ; environ une décennie avant l’lyrics a commenté), opère dans le vernaculaire de contenu encyclopédique-didactique, conçu en 15 traités (mais s’est arrêté à la IV) et contenant en premier, Prologue, l’éloge de la langue de tous les exposés. En illustrant la lettre II et l’allégorie de la chanson que vous ch le sens, Dante identifie le “donna gentile” vers avec la philosophie, “belle et onestissima Imperadore fille de lo de l’univers” (c.-à-d. de Dieu) et une source d’amour spirituel ; sur la même piste déplace le III Traité, commentaire sur l’Amor que dans l’esprit, que la philosophie chante les louanges dans stilnovistica clé. Enfin, abandonné le vêtement allégorique avec le troisième morceau (Les douces comptines), le poète peut être déformé en IV traité un commentaire exclusivement et ouvertement didactiques, ce qui lui permet d’introduire le thème : politique contre la définition de la noblesse héréditaire et date par Federico II, il n’est pas seulement le concept stilnovistico de noblesse liée à la “vertus” personne mais elle affirme l’autonomie de l’autorités philosophiques (en particulier d’Aristote) en face de l’imperial, et le domaine de la dernière sur la terre entière, giustificandone l’universalité providentielle et l’Empire romain. C’est le thème de la monarchie, de l’opéra en 3 livres, qui résume de manière organique de la pensée politique de Dante et il expose les points de vue analytique. Particulièrement important est le livre III, où l’auteur prend vie dans la polémique contre l’decretalisti contemporain, les partisans de la suprématie du pape à l’égard du pouvoir politique (ierocrazia) : il réfute la prétendue dépendance de l’empereur par le Pape et déclare illégale la donation de Constantin, réaffirmant l’indépendance des deux pouvoirs et leur autonomie et d’origine divine. Le contenu de la monarchie, son amplitude théorique, méthodologique, la netteté de ses tons bibliques et inspirés et retour d’un côté à l’épîtres politiques, d’autre part à la comédie. L’une de refléter les premiers temps de l’exil (épître I, au nom de la partie blanche, pour tentative de pacification par le Cardinal Nicolò da Prato), après l’espoir lié à l’élection impériale d’Henri VII (Épîtres V, VI, VII, 1310-11, aux seigneurs de l’Italie, de méchants Fiorentini, Enrico, pour entretenir et maintenir sa descente en Italie), l’ultime espoir de repentance de l’Église et de ses ministres (Épître XI, 1314, à l’Cardinaux italiens) dans un crescendo continu provenant des intérêts des citoyens à l’engagement oecuménique, politique et spirituel ; la comédie, plaçant l’accent de la voie – non seulement dans ce qu’on appelle chanter “politique” – la ville, sur les royaumes, sur l’empire, appelle l’ensemble de l’humanité dans les chapitres, en peuples et en Les individus et la reconnaissance de ses tâches et pour respecter leurs limites, tandis que l’affirme avec force l’indépendance mutuelle des sphères d’action les religieux et politique, sociale et métaphysique.

De la comédie au travaux Latin mineurs
L’interruption de l’Convivio correspond probablement au début de la Divine Comédie, dont les deux premiers chants ont été réalisées dans le 1316 ; le paradis sera publié par le fils de Dante, Peter et Jacopo, en 1322. Le poème est très vaste : 14,233 dans hendecasyllables troisième rima, organisés en 100 chansons : l’un du prologue à l’ensemble de l’œuvre et 33 pour chacune des trois cantiques (Enfer, Purgatoire, paradis). Dante était intitulé son poème la Divine Comédie, en conformité avec les définitions de la ville médiévale de lexiques et par rapport à la tripartition des styles qui avait fixé par la règle de vulgari eloquentia. L’attribut “divine”, déjà utilisé par Boccace dans son court traité, a comparu pour la première fois dans le frontispice d’une édition de l’Giolito en 1555. La comédie est la somme et la conclusion de l’expérience littéraire, civile, spirituel de Dante. Rester un témoignage supplémentaire de l’Amérique latine les Épîtres, dictées (comme les parties les plus hautes et de l’exposition pas dans le De vulgari et de la monarchie) selon les règles de l’éclair, ou prosastico, rythme de l’époque médiévale. Nous avons déjà mentionné les lettres politiques ; voici l’autre, dans l’ordre : Épîtres II, pour les petits-enfants d’Alessandro Da Romena, pour la mort de lui ; III, IV, accompagnant les paroles (de Cino da Pistoia et Moroello Malaspina) ; VIII, IX, X, au nom de la Gherardesca de Battifolle à Empress Margherita ; XII à l’ami florentin, de rejeter une réadmission déshonorant à Florence ; XIII (1316), du contenu littéraire, à consacrer à Cangrande della Scala Paradise, accompagnant l’envoi de la main avec les indications des chanoines actes exégétiques de clarifier la structure et le sens du poème. Appartenir à un preumanistica la correspondance en latin, la proposition de la Bolognese Giovanni del Virgilio, les deux Eclogues répondre à Dante (1320-21) : de loin supérieurs à ceux de l’auteur pour la structure de l’esametro et tonalité virgiliano, illustrent le léger ralentissement de la vie du poète entre les amis de Ravenne, le rêve du couronnement poétique et le respect du mérite à Florence avec l’achèvement du poème. Ces dernières années (1320) est la questio de aqua et Terra, rapport scientifique tenue à Vérone sur le rapport de la hauteur entre l’eau et l’apparition de la terre. L’authenticité du traité, connue seulement par la première impression (1508), est confirmé par la connaissance qu’il montre Pietro di Dante nell’inedita troisième édition de ses observations à la comédie.

La chance et la critique : à partir du 14e siècle jusqu’à la dix-huitième siècle
La chance de Dante dans la culture italienne et de la communauté à partir du 14e siècle jusqu’à la dix-huitième siècle est étroitement liée à l’important travail ; seulement dans les siècles, l’intérêt des lecteurs et des éditeurs s’est tourné vers les œuvres mineures, dont l’école “historique” dans le dix-neuvième siècle et la critique du xxe siècle ont, à juste titre, réévalué et reproposed dans leur autonomie artistique et, ensemble, dans le sens de moments nécessaires et plus tard de l’expérience littéraire et spirituelle de Dante. L’identification des faits et des personnages historiques et de la relation entre la réalité et la fiction qu’ils sont établis dans le poème est une condition indispensable à la lecture de la comédie et la compréhension non seulement de l’engagement poétique, moral, politique que l’âme, mais aussi des formes – exemplarité, l’allégorie, la langue – dans lequel il traduit : cette enquête préliminaire se déplace entre le 1322 et le 1358, les premiers commentateurs (Jacopo Alighieri, Graziolo Bambaglioli, Jacopo della Lana, l’excellent, Pietro Alighieri, Guido da Pisa et d’autres anonymes), qui souvent cependant dépasser dans le allegorizzazione par inadvertance, qui tend à détruire l’unité conceptuelle de l’opéra et de négliger et progressivement déforme la pensée dantesque, liée à la philosophie scolastique et à Logement le plus profond de la culture médiévale. Les commentaires ultérieurs de Boccace, Benvenuto da Imola, Francesco da Buti témoignent à la fois l’étendue de ce processus est que l’émergence du culte de Dante qui avait augmenté, aussi du point de vue de la diffusion de textes, précisément par l’activité de l’éditeur “Certaldese de Dante” (nous avons l’autographe sillogi comprenant la vie de Dante et de la Divine Comédie, la Vita nuova, 15 grandes chansons). Sur la doctrine théologique profonde et allégorique et moral et sur la perfection de la rhétorique du poème est mettre l’accent critique du quinzième et seizième siècle CRISTOFORO LANDINO (observations, Alessandro Vellutello, Bernardo Daniello ; études et commentaires de Benedetto Varchi, Giovan Battista Gelli et, surtout, de Vincenzio Borghini, également ouvert au problème général de la pensée et des questions textuelles). Au xvie siècle, d’autres, l’attention aux faits de la style et la question de la langue stimule l’intérêt pour le De vulgari eloquentia, placé au centre de ces discussions sur l’Italien vernaculaire florentin (ca. 1514) à partir de laquelle seront nés les nombreux et connus “Dialogues” (littéraire del Machiavelli, marteaux, les Tolomei de Trissino, qui en 1529 se traduira le traité par Dante). D’autre part, non seulement des raisons culturelles préside, entre les xve et xvie siècles, à la première édition de l’ouvrage secondaire : pensez à l’édition princeps de la monarchie (1559) dans des riformistica polémique. Bien que le dix-septième siècle, en général, refuse l’attention de Dante, profondément innovateur dans le jugement sur le poète et sur le travail est, au xviiie siècle, Giovan Battista Vico (nouvelle Science, 1725, lettre à Gherardo du Angioli et jugement… au-dessus de Dante…, 1729) que, en établissant le rapport de la poésie-âge-irrationnelle barbara et héroïques et de reconnaître dans l’œuvre d’art autonome un moment créatif, fournit les idées fondamentales de la critique romantique. Toujours dans le dix-huitième siècle, même les études érudites donner leurs fruits avec le plan d’une nouvelle édition de la Divine Comédie de Giovan Jacopo Dionisi, qui présente de nouveaux paramètres critiques et méthodologiques en relation avec le texte du poème et d’autres œuvres de Dante. Ce siècle est la première édition complète de toutes les œuvres de Dante Alighieri (1757-58).

Les xixe et xxe siècle
Avec le xixe siècle Dante devient bannière pour les idéaux patriotiques, au-delà de ce sujet cher à la études romantiques. Ugo Foscolo (Discours sur le texte… de la Comédie de Dante, 1825 ; La Divine Comédie de Dante Alighieri illustré par Ugo Foscolo, 1827), en tenant compte de la passe de l’interprétation vichiana, ouvre le siècle avec une voix originale, rappelant l’analyse historique et textuelle (critère philologique), dans l’exercice de l’argumentation rigoureuse et capacité de synthèse (critère historique, philosophique), et enfin en plaçant le poète au-dessus du créateur d’allégories. Giuseppe Mazzini (préface à la Divine Comédie de Dante Alighieri illustré par Ugo Foscolo, 1842 ; écrits littéraires d’un italien vivant, 1847) suit la trace foscoliana, mettant en évidence la figure humaine du poète et sa mission au sein de la nation et de l’histoire. Tout en donnant la préférence à l’enquête et psicologistica rapport pour le poète-environnement, ne s’écarte pas beaucoup de ce diagramme Niccolò Costantinopoli dans son commentaire sur le poème, tandis que la vision romantique de la vie et de l’histoire reconnecte les reborn intérêt pour la biographie de Dante, assisté par le Veltro Dante allégorique C. Troya et de la vie de C. Balbo. Dans la première moitié du siècle, avec le renouveau de la question linguistique, ravive l’enquête sur les théories de l’De vulgari eloquentia (G. Perticari, du patriotisme de Dante) et passe à l’étude de la langue et d’interprétation lexicale et de la comédie (V. Les montagnes dans la proposition ; les commentaires de G. Biagioli, P. Costa, B. Bianchi ; éditions ultérieures et des illustrations de toutes les œuvres de P. Fraticelli et G. B. Giuliani). L’exposant de maximum romantique critique dantesca est Francesco De Sanctis, dont les pages vit toujours et les leçons difficiles et des essais sur Dante (1842-73) et de l’histoire de la littérature italienne (1870-1871) sont également essentiels pour l’interprétation moderne : le coeur du poème se trouve dans la raison universelle et de l’intérieur (Dante comme la voix de la société humaine) et dans le domaine de l’éthique-politique ; le critère de lecture est l’émotion, la consonance entre le lecteur et le pathétique, sans texte poeticità ; superpositions culturelles dell’Opera est à l’élément humain, cette plus dans l’enfer que dans d’autres chants (ici la tendance à isoler les épisodes et les figures plutôt que de détecter l’unité de l’invention dantesca). Les trente dernières années du xixe siècle, avec l’enquête positiviste sur les manuscrits de la comédie et de la travaux mineurs, avec des études sur des documents historiques, linguistiques et sur les œuvres de Dante et contemporain, ouvre la voie à des recherches de façon moderne critique de compréhension. G. Carducci, A. D’Ancona, I. Le long, P. Rajna, F. D’Ovidio, F. Torraca, M., E. G. Parodi Barbi appartiennent à cette école “historique” qui, avec l’expérience crociana va marquer lui-même le dantismo du siècle suivant. Giosuè Carducci, en particulier, va d’abord à la rimes négligées (Rime de Dante, dans la région de Dante et son siècle, 1865), puis à l’ensemble des travaux (de plus ou moins de succès de Dante, Dante et l’âge qui était le sien, 1866-1867, l’œuvre de Dante, 1888), en donnant pour la première fois un cadre de l’auteur dans cette critique et dans les costumes du xive siècle, indiquant les relations avec l’âge suivant, prouver et ensemble historique valable interprète sensible. D’autre part d’autres spécialistes, a également fait usage de la contribution des étrangers critique Dante (se souvenir du nom de C. Witte, E. Moore, P. Toynbee), lancer les recherches philologiques et documentaire systématique qui conduira à l’édition critique du De vulgari eloquentia (1896, édité par P. Rajna) et de la vie nouvelle (1907, 1932², édité par M. Barbi), ainsi qu’à une édition de toutes les œuvres organisée par la Società Dantesca Italiana (1921). Contrairement à l’actuelle-positivistes historique, Giovanni Pascoli traite une interprétation totalement subjective de la Comédie de Dante : et déplacé de sa vocation à la vision mystique et symbolique des faits, à la représentation de la “inconnaissable” qui anime le monde, et qu’il sombre avec Minerva (1898), sous le voile (1900), la merveilleuse vision (1902) propose une exégèse unique en soi, mais fondée sur des bases hétérogènes, et destinée à demeurer en grande partie isolés. Le travail de Benedetto Croce, marques, au lieu d’un point d’arrivée et de départ pour la critique moderne de Dante. A se déplace pas tant de l’hypothèse d’desanctisiano relation affective entre le lecteur et le texte, parce qu’à partir d’une catégorie théorique précis (l’art comme expression lyrique et insight), il assume en tant que critère d’évaluation le travail d’art impression esthétique et la distinction entre “poésie méthodique” et “non” de la poésie. Donc dans la comédie “structure” est en face de la “poésie”, le “roman théologique” à “lyric” : le fruit de la raison et donc pas poétique, la première ; d’insight, lyrique et poétique donc toutes les secondes. L’essai la poésie de Dante (1921) et l’ensemble de la réflexion sur l’art crociana ont représenté un arrêt obligatoire pour le critique du vingtième siècle, touchant (depuis l’acceptation ou le rejet du polemically) sur les différents courants du domaine littéraire – et donc aussi de l’dantismo – de notre siècle. Entre les chercheurs de l’ascendance est crociana Attilio Momigliano (commentaire à la Divine Comédie, 1945-1947), dont l’essai sur le paysage dans la Divine Comédie (1932) propose comme critère d’unité de la raison pour le paysage, analysées de façon significative ; avec lui nous nous souvenons aussi de F. Maggini, Luigi Russo et Carlo Grabher. Storicizzante postcrociana au sein de la tendance, qui vise à combler le fossé entre “poésie” et “poésie” et non d’examiner le travail de l’art comme un devenir plutôt qu’un fait, on rencontre le travail de Natalino Sapegno (commentaire à la Divine Comédie, 1957
MR-GINSENG.COM Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Jason & La Fosse
EN.MR-GINSENG.COM Jason & La Fosse
Medicinal Plants Jason & La Fosse
Acérola Jason & La Fosse
Ail Jason & La Fosse
Aloe Vera Jason & La Fosse
Ashwagandha Jason & La Fosse
Acai Baies Jason & La Fosse
Cannabis Jason & La Fosse
Cannelle Jason & La Fosse
Chlorella Jason & La Fosse
Citron Jason & La Fosse
Cordyceps Jason & La Fosse
Curcuma Jason & La Fosse
Echinacea Jason & La Fosse
Fenugrec Jason & La Fosse
Ganoderma Jason & La Fosse
Garcinia Cambogia Jason & La Fosse
Gelée Royale Jason & La Fosse
Gingembre Jason & La Fosse
Ginkgo Biloba Jason & La Fosse
Ginseng Jason & La Fosse
Gluten Jason & La Fosse
Goji Jason & La Fosse
Griffonia Simplicifolia Jason & La Fosse
Guarana Jason & La Fosse
Harpagophytum Jason & La Fosse
Maca Jason & La Fosse
Mandragore Jason & La Fosse
Mélisse Jason & La Fosse
Menthée Poivrée Jason & La Fosse
Omega 3 Jason & La Fosse
Ortie Jason & La Fosse
Propolis Jason & La Fosse
Rhodiola Jason & La Fosse
Spiruline Jason & La Fosse
Thym Jason & La Fosse
Tribulus Terrestris Jason & La Fosse
Vitamines Minéraux Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/aphrodisiaque-libido-sante-sexuelle/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/cheveux-ongles/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/coeur-tension-arterielle-circulation-sanguine/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/dents-bouche-gorge/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/fatigue-force/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/fractures-blessures-articulations/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/intestins-diarrhees-constipation/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/maux-de-tete-fievre-vertige-memoire/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/problemes-de-peau-allergie/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/regime-poids-masse-musculaire/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/stress-anxiete-deprime/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/systeme-immunitaire-maladies/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/vitamines-mineraux-oligo-elements/ Jason & La Fosse
http://mr-ginseng.com/yeux-visions/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/acai-berry/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/aloe-vera/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/ashwagandha/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/cannabis/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/chlorella/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/cinnamon/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/echinacea/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/garlic/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/ginger/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/ginkgo-biloba/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/ginseng-panax/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/gluten/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/goji-berry/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/guarana/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/lemon-balm/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/maca/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/omega-3/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/peppermint/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/propolis/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/rhodiola-rosea/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/royal-jelly/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/spirulina/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/tribulus-terrestris/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/turmeric/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/aphrodisiac-libido-sexual-health/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/diet-weight-muscular-mass/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/diet-weight-muscular-mass/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/fatigue-strength/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/fractures-wounds-joints/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/hair-nails/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/headache-fever-vertigo-memory/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/heart-blood-pressure-blood-circulation/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/immune-system-diseases/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/intestines-diarrhea-constipation/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/skin-problems-allergies/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/stress-anxiety-depression/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/teeth-mouth-throat/ Jason & La Fosse
http://en.mr-ginseng.com/vitamins-minerals-trace-elements/ Jason & La Fosse

SIRIUSBLACK.ORG Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Jason & La Fosse
Acérola Vitamine C Jason & La Fosse
Aloe Vera Jason & La Fosse
Artichaut Jason & La Fosse
Ashwagandha Jason & La Fosse
Boswellia Serrata Jason & La Fosse
Café Vert Jason & La Fosse
Cannabis Jason & La Fosse
Chardon Marie Jason & La Fosse
Chlorella Jason & La Fosse
Coenzyme Q10 Jason & La Fosse
Cordyceps Sinensis Jason & La Fosse
Curcuma Jason & La Fosse
Damiana Jason & La Fosse
Dhea Jason & La Fosse
Echinacea Jason & La Fosse
Fenugrec Jason & La Fosse
Ganoderma Jason & La Fosse
Garcinia Cambogia Jason & La Fosse
Gingembre Jason & La Fosse
Gelée Royale Jason & La Fosse
Ginkgo Biloba Jason & La Fosse
Ginseng Jason & La Fosse
Goji Baies Jason & La Fosse
Griffonia Simplicifolia Jason & La Fosse
Guarana Jason & La Fosse
Harpagophytum Jason & La Fosse
Levure de Bière Jason & La Fosse
Maca Jason & La Fosse
Mélatonine Jason & La Fosse
Millepertuis Jason & La Fosse
Probiotique Jason & La Fosse
Quinoa Jason & La Fosse
Rhodiola Jason & La Fosse
Safran Jason & La Fosse
Schisandra Chinensis Jason & La Fosse
Spiruline Jason & La Fosse
Testostérone Jason & La Fosse
Thé Vert Jason & La Fosse
Tribulus Terrestris Jason & La Fosse
Vitamine D Jason & La Fosse

MR-GINSENG.COM Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Jason & La Fosse
EN.MR-GINSENG.COM Jason & La Fosse
Medicinal Plants Jason & La Fosse
SIRIUSBLACK.ORG Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Jason & La Fosse
CRITTERCROSSING.ORG Jason & La Fosse
ODLG.ORG Jason & La Fosse
Plantes-Medicinales Jason & La Fosse
Membres Plantes Médicinales Phytothérapie Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Propriété Bienfaits Effets Secondaires Dosage Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Propriétés Bienfaits Effets Secondaires Posologie Jason & La Fosse
Acheter Plantes Médicinales Jason & La Fosse
FASH.FR Jason & La Fosse
A Propos de Fash.fr Jason & La Fosse
Mentions Légales – Fash.fr Jason & La Fosse
Partenariats – Fash.fr Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Aphrodisiaques Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Régime Jason & La Fosse
Borderleague.org Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Borderleague.org Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Mr-Ginseng.com Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Siriusblack.org Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Crittercrossing.org Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Fash.fr Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Odlg.org Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Bio Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Cannabisseur Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Mr-Ginseng Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Siriusblack Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Crittercrossing Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Fash Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Odlg Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Cannabisseur Jason & La Fosse
Plantes Médicinales Cannabis Marijuana Jason & La Fosse
Plantes Médicinales BIO Cannabisseur Jason & La Fosse
; Dante Alighieri, dans “Histoire de la littérature italienne”, Volume II, 1965), qui vise à donner une interprétation unique de l’auteur et ses oeuvres, la fusion des composantes linguistiques, poétique, historique et culturelle ; et de nouveau John Jet, qu’avec le concept de “Poésie de l’intelligence” a une réévaluation de la cieux dantesques (Aspects de la poésie de Dante, 1966²). La culture littéraire contemporain, qui emprunte à la rigueur scientifique de la démarche et de la spécialisation des objets, est encore à Dante un champ de recherche fructueux, en particulier pour ce qui est l’identification des sources pour l’étude des textes pour l’interprétation correcte de la monde dantesque et ses formes, tant à l’égard de la pensée philosophique et religieuse (B. Nardi et G. Goldenice) et politiques (F. Ercole, A. Solmi, toujours Nardi), tant en ce qui concerne la langue et le style (A. Schiaffini, B. Terracini, C. Segre, M. Fubini) et de recherche (G. philologique Contini, F. Mazzoni, G. Petrocchi, A. Pagliaro). Dans cette tendance et dans le contexte d’une tradition de plusieurs siècles, même les cultures étrangères fournir un logement d’exégèse particulièrement intéressants, tels que l’interprétation “graphique” Erich Auerbach, que S. Ch.-théologique symbolique le singleton, la composition linguistique de L. Spitzer.